En dernier recours: faire appel.

Publié le par Himmelweg

Désespérer c'est conserver l'espoir d'un possible appel.

Un appel eut lieu, au tout début: Acceptes tu le don de la parole?

La réponse, inaccessible, reste très diverse selon les récepteurs du message. Beaucoup disent non (les maîtres, les commandants, les politiciens, les possédants, les porte-paroles, les esclaves, les bourgeois, les singes, les perroquets, les marionnettes, les charlatans ...). Certains disent partiellement oui (religieux, universitaires, professeurs, éducateurs, névrosés de toutes sortes ...). D'autres, peu nombreux, disent vraiment oui (poètes, créateurs, psychanalystes non charlatans, prophètes ...).

Désespérer, tel Job sur le fumier de son être, c'est, en reconnaissant ma non vie, susciter un appel sous forme inversée: Vis.

Soulages-Pierre---19juin1963.jpgPierre Soulages





Publié dans Vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article